( 20 mars, 2017 )

Dieu,allah,moi et les autres

 

 

 

 

9782070179602

Dieu,allah,moi et les autres

En ces temps où les religieux radicaux purs et durs de tous bords imposent leur loi et leurs dogmes, Salim Bachi nous offre un témoignage percutant et hallucinant.

De par le monde, les assassinats et les viols courent les rues et toute la planète. Au point où l’on se demande si nous sommes dans la réalité ou en pleine fiction.

Regardez ce qui se passe en Syrie, Libye, Irak, c’est le chaos total. Des combats sèment la terreur, d’où des réfugiés par milliers, femmes, enfants et vieillards fuient les bombes et les razzias. Quelle catastrophe ?

La terre est aphone et les hommes aveugles. Sous peu on se croirait en pleine croisade. Des guerres de civilisation, on se livre à des guerres de religion.

Triste époque pour nous et pour les générations futures. L’histoire vient de vivre une de ses pages apocalyptiques.

Salim Bachi cherche à travers ce livre à comprendre les tragédies humaines. Le livre de Salim Bachi est un témoignage sur une génération sacrifiée. Une génération qui a accouché sur cette planète des milliers de terroristes et des criminels.

La narration, alerte et varié retrouve la réminiscence des souvenirs algériens des années 90. Salim Bachi montre à qui veut l’entendre que l’intolérance ne mène à rien, sauf à l’autodestruction

 

FATHI CHARGUI

Dieu,Allah,moi et les autres de Salim Bachi—178 pages—Gallimard–

 

 

( 13 mars, 2017 )

La terre qui les sépare de Hisham Matar

 

 

 

 

 

 

sans-titre

 

La terre qui les sépare  de Hisham Matar

C’est l’époque des enquêtes et des révélations d’après la chute des dictateurs en 2011. Les écrivains se libèrent du poids de leurs carcans. Finis la torture et le despotisme. Les langues se délient et la presse est libère. « La terre qui les sépare » s’inscrit dans ce contexte.

L’auteur Hisham Matar libyen rend hommage à son père, opposant à Kadhafi disparu en 1990.Cet homme s’appelait Jaballa Matar, c’était un ancien officier et diplomate libyen, opposant au régime de Mouammar Kadhafi quelques années après l’accession de celui-ci au pouvoir, en 1969. Dix ans plus tard, Jaballa Matar avait fait sortir sa famille de Libye, pour bientôt la rejoindre au Caire et, de là, poursuivre son combat politique. Et c’est au Caire que, en mars 1990, il fut enlevé par les services secrets égyptiens et remis aux autorités libyennes. Sa famille ne le revoit plus.

Pendant vingt ans, Hisham Matar s’est battu pour obtenir des informations sur la disparition de son père dans les geôles de Kadhafi.

« La terre qui les sépare »  de  Hisham Matar est une plongée dans la dictature libyenne, mais aussi un retour aux origines et à l’enfance.

Que dire alors de celui qui sépare Hisham Matar de son père, C’est sur cette réminiscence entre passé et présent que l’auteur nous invite à cheminer à ses côtés à travers ce récit qui mêle enquête, révélations et méditation.

Hisham Matar est un grand écrivain qui livre ici un récit à la fois émouvant, saisissant et captivant. De très belles pages qui vous transportent ailleurs. Quant à l’émotion, elle vous prend et vous accapare au détour des pages, sans crier gare.

FATHI CHARGUI

« La terre qui les sépare » - Hisham Matar - Gallimard – 330 pages

( 6 mars, 2017 )

Sans Véronique de Arthur Dreyfus

Sans Véronique de Arthur Dreyfus

sans veronique

 

 

Voilà un roman génial donc inégal, il vous prend par la main et accapare votre esprit, vous êtes comme inoptisé, et contre toute attente,à corps  défendant et à coeur battant la chamade, vous êtes pris au piège des terroristes dans les foyers à turbulences.

De Sousse à la Syrie, vous assistez aux carnages des innocents comme si vous y étiez, vous pleurez, vous vous battez pour libérer ces victimes du terrorisme, mais malheureusement en vain.

Vous êtes désarmé, Véronique n’est plus en vie, et son époux demeure chancelant entre la tristesse et la vengeance. Et s’il voyageait en Syrie pour se venger?

Toute l’histoire est écrite d’une façon réaliste, on dirait que l’auteur avait vécu les circonstances exactes et les faits sont reportés avec parcimonie: Arrivée de Véronique, dans un hôtel balnéaire à Sousse, en Tunisie contente d’avoir eu un billet d’avion comme cadeau de départ à la retraite, heureuse de profiter du soleil et de la mer.

Une chose est sûre, elle ne savait pas qu’elle allait mourir dans les heures qui suivent. De l’autre côté de la Méditerranée, Bernard, son époux, resté en france, et comme étourdi par l’annonce de la disparition de sa femme. Faut-il prendre l’avion et rapatrier le corps de sa femme ? Non, contre toute attente, Bernard ne perd pas une seconde et après mille aventures et vicissitudes, débarque en Syrie, à la recherche du moindre indice qui pourrait le diriger vers un terroriste, supposé être le tueur de sa dulcinée.

Ici, Arthur Dreyfus excelle dans l’acheminement de l’histoire. Le roman est tressé comme une toile d’araignée dont les fils s’enchevêtrent tout au long de l’histoire. Nous ne pouvons laisser une miette du roman, dont l’écriture est saisissante et la lecture est captivante. Arthur Dreyfus sait accaparer ses lecteurs, et saisir les actualités du moment. Une chose est sûre, il demeure un témoin de son époque.

Bravo !

 

FATHI CHARGUI

Sans Véronique-roman de Arthur Dreyfus-251 pages- éditions Gallimard-janvier 2017

|