( 11 juin, 2015 )

L’ascendant d’Alexandre Postel

postel-lascendant
L’ascendant d’Alexandre Postel

Superbe, saisissant

Tout commence à la manière de camus dans l’étranger : La mort de la mère de Meursault, ici celle du  père du narrateur. Seul héritier du disparu se charge des formalités de décès. Le temps de régler des formalités, il s’installe dans la maison de son père. Là, dans la cave il fait une découverte effroyable. Sa réaction est tout aussi invraisemblable, et l’entraîne dans une suite infinie de problèmes…Vous l’aurez compris, dans l’étranger, Meursault tue l’arabe sur la plage, ici le narrateur découvre dans une cage dans la cave une jeune femme qui va sous peu quitter la vie.  Dans cette histoire le malaise réside dans la banalité, le quotidien, d’un personnage nous rappelant point par point le comportement d’un Meursault imperturbable, incapable de réagir de manière sensé. Il va au cinéma dans l’indifférence totale de la perte de sa mère. Meursault manifeste une grande indifférence à ce qui est important pour les autres.

L’ascendant, se traduit ici par le déterminisme, le pouvoir sur la destinée qu’exerce un père sur son fils, même par-delà la mort. Faut-il lever le voile sur l’intrigue? Voilà l’attitude d’un homme confronté inopinément à l’horreur : Ce roman nous renvoie à l’absurde de Kafka dans le procès. Il en est un peu de même avec le narrateur de L’Ascendant. L’engrenage du destin va, lui aussi, le broyer. Il veut se rendre maître des événements. Il subit son ascendant posthume. Eux qui n’avaient rien en commun, voilà que de la manière la plus trouble il en vient à partager sa culpabilité.
Tout ce qu’il croyait sur son père, ses certitudes  s’écroulent comme un château de cartes. Des faux  pas successifs l’entrainent dans un engrenage où la logique n’a plus sa place, où il a l’impression d’avoir été piégé par son père. C’est un roman saisissant où tous les ingrédients sont réunis pour en faire un grand roman  et le placer dans  les grands noms de la littérature. Bravo ! Un régal !

FATHI CHARGUI

L’ascendant Roman d’Alexandre Postel — 125 pages —Gallimard — Mai 2015

Pas de commentaires à “ L’ascendant d’Alexandre Postel ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|