( 15 avril, 2014 )

Les gardiens de l’air de Rosa yassin hassan

 

gardiens-air-1550421-616x0Les gardiens de l’air de Rosa yassin hassan

Le cri du cœur

Née à Damas en 1974, Rosa Yassin Hassan a fait des études d’architecture avant de travailler comme journaliste. Elle est l’auteur d’un recueil de nouvelles «Un ciel coloré de lumière», 2000), de trois romans «Ebène», 2004, «Les Gardiens de l’air», 2009 et «Epreuve», 2011) et d’un récit (Négatif, 2008).

Anat Ismaël attend impatiemment la libération de son mari, prisonnier politique. Elle travaille comme interprète à l’ambassade du Canada à Damas, où elle est chargée d’accueillir les demandeurs d’asile. Les histoires de ces victimes de la répression dans tout le monde arabe s’articulent à la sienne et à celles de ses amies.

Ecrit deux ans avant le début du soulèvement en Syrie, les Gardiens de l’air est un grand cri contre la répression. La romancière bouscule les tabous, convoque les poètes grivois d’autrefois. Le désir comme rempart face aux dictatures. La journaliste et romancière Rosa Yassin Hassan expose ici le destin d’Anat, Doha et Mayyasa, trois jeunes femmes de Damas, qui attendent la libération des hommes qu’elles aiment, qu’elles aperçoivent de temps à autre quelques minutes, à la faveur d’une rare visite dans la colonie pénitentiaire de Sednaya.  Comment venir à bout de la frustration sexuelle, comment vaincre la solitude, surtout avec l’avancée de l’âge. Alors que faire ? Divorcer, les tromper sans qu’ils le sachent ? Ou rester fidèle coûte que coûte. A lire tout affaire cessante . Déchirant.

FATHI CHARGUI

Les gardiens de l’air-Roman de Rosa yassin Hassan-248 pages-Actes sud-paru le 2 avril

( 5 avril, 2014 )

De toutes les nuits, les amants de Mieko Kawakami

9782330030223FS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De toutes les nuits, les amants de Mieko Kawakami

La poésie de la lumière

Un roman d’amour à la japonaise, j’allais dire un poème où  la lumière s’érige en métaphore de la solitude. Le métier de correctrice comme expression de soi, Mieko Kawakami s’attache ici à la condition féminine dans une société japonaise où le travail semble être la seule voie pour s’affirmer en tant que tel. L’histoire se résume en quelques mots. Fuyuko travaille comme correctrice chez un éditeur de la place, esseulé, n’accorde aucune importance à son apparence, quelque peu n’égligé. Mais Fuyuko aime la lumière. Elle ne sort la nuit qu’au soir de ses anniversaires en hiver, seule, pour admirer la lumière où le bleu du ciel apparaît si vaste. Méditation sur l’infiniment petit et l’infiniment grand.Voyage dans le grand bleu, dans l’espace et dans les étoiles. Un poème d’une rare beauté.

FATHI CHARGUI

De toutes les nuits, les amants Roman  de Mieko Kawakami— 280 pages—Actes sud—paru le 5 mars

 

 

 

|