( 17 février, 2013 )

Encre de Fernando Trías de Bes

Encre de Fernando Trías de Bes large_large2

 

Encre de Fernando Trías de Bes

                         L’encre de chair

Mayence début du XXème siècle. Depuis quelques temps,  «Elle» se rend dans la chambre onze de l’hôtel Schwarzkopf, pour rejoindre un amant qui l’ensorcelle : ses pores suintent l’encre… Pour essayer d’enrayer cette malédiction, son mari, libraire, plonge, cinq ans durant, dans les récits des plus fous, pensant y trouver la raison de son infortune. En vain… jusqu’à un jour de mai 1905, où la visite d’un écrivain va tout bouleverser. Commence alors un projet aussi insensé que vital : composer Le livre de l’origine de leur infortune. Mais la chaîne du livre est longue, ce qui va permettre à Fernando Trias de Bes de convoquer tous ses acteurs de l’oeuvre : l’imprimeur, le correcteur, et l’éditeur. Mais chez Fernando, rien n’est simple, l’amour, la honte et le deuil s’entremêlent dans cette histoire, et, la quête commune doit alors jouer avec les drames personnels de chacun des personnages. Soudain, mêlant absurde et réflexion existentielle, tel un magicien qui sort de son chapeau un lapin, il transpose la page blanche en écriture romanesque.Ce n’est pas le moindre des mystères que contient ce récit fantastique. Rien ne lui semble étranger : les acteurs de la chaîne du livre, les coups de théâtre toujours crédibles ou la simple attente amoureuse. ce livre est un conte philosophique par excellence. En effet, tous les personnages du roman ont eu à subir une perte, irrémédiable ou non, d’un être cher : le libraire a perdu sa femme au profit d’un amant, le mathématicien a perdu son enfant, noyé en Normandie, et sa femme, qui veut qu’il lui explique pourquoi, l’imprimeur a perdu son frère jumeau, suicidé car ridiculisé par ses pairs, le correcteur a perdu son amoureuse intrépide dans un accident d’avion, l’éditeur a perdu sa mère. Candide de voltaire n’est pas trop loin. A toute chose malheur est bon ! La vie, l’amour ; la mort,l’histoire,la magie des images, le temps qui reste.

FATHI CHARGUI  

Encre  Roman  de Fernando TRÍAS de BES—167 pages—Actes sud–2012  

 

 

Pas de commentaires à “ Encre de Fernando Trías de Bes ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|