( 6 août, 2012 )

Voyage à Bayonne Roman de Gaëlle Bantegnie

Voyage à Bayonne  Roman de Gaëlle Bantegnie medium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voyage à Bayonne  Roman de Gaëlle Bantegnie

 

        Les voyages forment la littérature

 

L’hexagone, allez savoir par quel bout le prendre ! En zigzag, en travers, en courbe, en une droite ou brisée, au fil de l’eau, par les champs et par les grèves, a pied, avec un âne, en bateau sur un canal, puis en cabriolet léger de ville en ville, du Nord au Sud et d’Est en Ouest : Stendhal, Maupassant, Mérimée, Flaubert et Maxime du Camp, Stevenson et bien d’autres ont tenté l’aventure.Jacques la carrière, divaguant librement de Saverne aux premiers contreforts de la Méditerranée, choisissait de chanter les pieds, et Jacques Réda, s’évadant des Ruines de Paris en train et vélo Solex, vagabondait des berges de l’Yonne au large de Brest noyé de brume.

La France est un pays que mille voyageurs n’épuisent pas. A vrai dire, le  regard du voyageur (et sa consolation, dirait Marcel Arland) compte davantage que son itinéraire. Lorsque Gaëlle Bantegnie empreinte pour le compte de son roman Voyage à Bayonne, les lieux détournés d’une France authentique, nul ne sait quel gibier elle glanera. Mais le regard de cette romancière-philosophe-reporter, qui chasse au raz des gares et à fleur des fors interieurs, et si perçant que son errance se transforme vite en pêche au trésor et réflexions philosophiques autour de Leibnitz.

Angers, Quimper, Nantes, Niort, Bayonne, Saint-jean de Monts, sous sa plume, deviennent un théâtre d’ombres impalpables, propre à la mystification.

Vous l’avez compris : ce drôle d’’hexagone hardiment revisité est un pays aussi exotique que la Sibérie des temps sauvages, ou l’Afghanistan des Cavaliers. Gaëlle Bantegnie est le Kessel de la France qui pense ici et maintenant. Qu’elle débarque aux abords de Quimper pour des retrouvailles entre amis, qu’elle explore Nantes du fond de ses salons, qu’elle arpente Bayonne l’été pour en faire un roman, elle nous persuade que nous vivons, sans nous en douter, dans une contrée aussi mystérieuse que celle traversée par le Lion et les aventuriers d’antan.

Mais cette exploratrice des idées et des âmes ne se contente pas de chercher le Nord au Sud, ou le pays basque, elle nous donne aussi une leçon de voyage. Non pas errer de gares en gares pour rouler à vive allure en TGV , ou changer de gare comme de sac à dos. Le voyage de Gaëlle Bantegnie à Bayonne est une plongée molle et sereine au fil des villes dont l’ancrage est toujours un pied à terre, source de rencontres. On s’attarde, on bavarde, on se livre, et c’est l’âme d’une cité qui se love au fond d’un verre et d’une leçon de philosophie.

On l’aura compris : le charme de ce livre trop court, qui s’avale comme un souffle, réside aussi dans son écriture gourmande, souple, se déployant avec les malices de chat d’un Blondin qui aurait enfin trouvé « des trains qui partent ».

 FATHI CHARGUI

Voyage à Bayonne Roman de Gaëlle Bantegnie—170 pages—Gallimard—Août 2012

|