• Accueil
  • > Archives pour juillet 2012
( 23 juillet, 2012 )

L’inconnue de la Seine Roman de Didier Blonde

 L'inconnue de la Seine  Roman de Didier Blonde 77208272_o2

 L’inconnue de la Seine  Roman de Didier Blonde

 La mythologie, comme opium du peuple

 Les mythes sont perçus dans l’inconscient collectif comme des trésors. Et c’est vrai, la mémoire mythologique est à la fois la tour de Babel, la bibliothèque borgésienne et le grand murmure des histoires que se sont racontées les hommes pour ordonner le monde. Proverbes, épopées,généalogies, cosmogonies, contes, légendes, fables, chants d’amour et de guerre, paroles oraculaires…

Le mythe  flotte partout et est insaisissable. Comme l’écrit l’helléniste Marcel Détienne : « Poison soluble dans les eaux de la mythologie, le mythe est une forme introuvable. » Il circule, se transforme et habite l’imaginaire. La mythologie est toujours la fabuleuse caverne d’Ali Baba de nos origines, le réservoir secret de nos histoires fondamentales, le grand rébus de nos songes. Il y a plusieurs façons d’aborder les rivages des mythes. Ou bien se laisser raconter des histoires pour y croire, ou bien chausser des lunettes de bénédictins et se laisser envoûter par les mirages de la science et du savoir. Certain rêvent le mythe , d’autres le stockent.

La collecte acharnée des mythes à travers le temps et l’espace a été une activité qui a mobilisé quelques-uns des meilleurs esprits. Mythologues, ethnologues, historiens des sociétés anciennes, spécialistes du religieux se sont attelés à la rédaction du grand livre des mémoires divines et humaines. Le romancier de « l’nconnue  de la Seine » Didier Blonde  s’est senti la vocation d’un sociologue et, avec la volonté d’un agent enquêteur , est allé exhumer, le cadavre de l’inconnue de la Seine ou ce qui l’en  reste. ce  nouveau  temple de la mythologie populaire se révèle un mal nécessaire à l’imaginaire, une nourriture spirituelle et intellectuelle, une addiction semblable au tabac et à l’alcool. Brovo !   

 

FATHI CHARGUI

L’inconnue de la Seine Roman de Didier Blonde—125 pages—Gallimard—juin 2012

|