( 23 novembre, 2010 )

Ils sont devenus français

9782709635523.jpg 

Ils sont devenus français   

  Terre d’accueil

 Y a-t-il actuellement  un  pays au monde où l’on s’intéresse au passé et aux origines plus qu’on ne le fait en France ? Les livres et les revues d’histoire prolifèrent plus que jamais : les antiquaires et les brocanteurs trouvent acheteur pour n’importe quoi portant des traces d’âge ; la vie publique est faite, en grande partie, de référence à des précédents historiques ; les associations des généalogistes prennent un développement inouï. La question qui sommes—nous ? Importe peu, et où allons-nous ? Ne provoque pas un intérêt délirant : c’est d’ où venons– nous ? Qui passionne. On n’en tirera pas ici des conclusions philosophiques, politiques ou sociologiques. Mais le fait est indéniable. Il faut cependant remarquer que ce passé si populaire n’est pas toujours appréhendé avec justesse. En tant qu’argument dans un débat, il peut être mis à toutes les sauces ; comme objet d’intérêt, il prend souvent la forme d’une fiction, roman ou film, on d’une biographie hâtivement concoctée. L’apparence  satisfait plus vite, et à meilleur compte, que la réalité. Dans les catégories citées plus haut, seuls les généalogistes ne peuvent se satisfaire d’impressions  ou d’opinions : il leur faut des faits, des documents, des preuves. Ils ne s’appuient sur la vraisemblance que lorsque des indices très nets, en quantité suffisante, pointent tous dans la même direction. La marge d’erreur est donc très faible dans leurs travaux. Espagnol, russe, ukrainien, italien etc. en une génération d’immigrés sont devenus la France. Deux journalistes du Nouvel Observateur remontent le fil du temps et explorent les archives pour nous offrir une liste d’artistes, d’écrivains, d’hommes de cultures, devenues français. Savez-vous que Gainsbourg, Chagall, Montand, Brassaï, Kessel, Coluche, Ernest, Cavanna, Cardin, Zitrone, Jonasz, Verneuil, Vartan, Charpak, Roman Gary, Mime Marceau, Drucker, Zola, Sarkozy,  mais aussi Badinter, Apollinaire, Stravinsky, de Staël, ou Aznavour : chacun dans sa spécialité, chacun sa spécificité, ils sont devenus français eux-mêmes ou leurs parents… Le public l’ignore souvent. Leurs enfants ne l’ont jamais su. Les archives françaises ont gardé une empreinte indélébile, dans des chemises jaunies par le temps, dans des milliers de boîtes d’archives, sur plusieurs kilomètres de rayonnages…C’est une longue enquête de détective que se sont livrées les journalistes du Nouvel Observateur Doan Bui et Isabelle Monnin. «Nous sommes parties avec quelques noms d’artistes ou de célébrités en tête. Une fois les dossiers dénichés, tout était là : les demandes des familles, les recommandations, les enquêtes administratives ou de bonnes mœurs», raconte Doan Bui. Un dossier passionnant. C’est au même temps l’histoire des hommes issus de milieu différent, de pays aux régimes politiques diamétralement opposés, racontée dans toute  leur intimité mais c’est aussi l’histoire d’un peuple au travers des faits de société  et des grands événements. Belle leçon de brassage et de métissage en terre d’accueil, à en retenir les principes pour les générations futures. 

 FATHI CHARGUI  

 Ils sont devenus français de Doan Bui  et d’ Isabelle  Monnin — 298 pages— J C Lattès —novembre 2010    

Pas de commentaires à “ Ils sont devenus français ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|